Eric Esnault Pourquoi les artistes vont adorer la blockchain

0
25

Les artistes ont toujours été des adeptes précoces des nouvelles technologies. De l’introduction des images animées à l’utilisation des outils numériques dans l’art, les artistes ont toujours été à l’avant-garde de l’expérimentation de nouvelles façons de créer et de partager leurs œuvres. Il n’est donc pas surprenant que la blockchain, la technologie qui sous-tend le bitcoin, intéresse les artistes.

La blockchain pourrait faciliter l’authentification des œuvres d’art numériques. Par exemple, un artiste pourrait créer une peinture numérique et l’enregistrer sur une blockchain. Cela créerait un enregistrement permanent de l’œuvre qui pourrait être vérifié par n’importe qui.

Eric Esnault pense que ce serait un outil précieux pour les artistes, car il permettrait d’éviter les fraudes et de garantir que leurs œuvres sont correctement attribuées. Il pourrait également contribuer à protéger

Eric Esnault : Signer des contrats avec des galeries

Les artistes contre les violations des droits d’auteur. Globalement, la blockchain a le potentiel de rendre le monde de l’art plus transparent et plus efficace. Il reste à voir dans quelle mesure elle sera adoptée, mais il est clair que les artistes prêtent attention à cette nouvelle technologie.

Jusqu’à présent, la blockchain a surtout été utilisée pour les transactions financières. Mais ses applications potentielles sont bien plus vastes, et les artistes commencent à explorer la manière dont elle peut être utilisée pour créer et partager leurs œuvres. À mesure que la technologie se développe, il est probable que nous verrons de plus en plus d’artistes utiliser la blockchain pour mettre en valeur et protéger leurs œuvres.

Des acteurs comme L’entreprise Ipocamp se fonde sur la blockchain pour permettre à ses clients de protéger leurs créations et défendre leurs droits de propriété intellectuelle en toute confiance. Ipocamp fournit une plateforme qui permet aux créateurs d’horodater leur œuvre et de l’enregistrer sur la blockchain Ethereum. Cela crée un enregistrement permanent et inviolable de l’œuvre, qui peut être utilisé pour prouver sa propriété et son authenticité.

Le service est actuellement gratuit pour les artistes, et Ipocamp prévoit de faire payer une petite somme pour chaque enregistrement.

Ce n’est qu’un exemple de la façon dont la blockchain est utilisée pour résoudre des problèmes dans le monde de l’art. À mesure que la technologie se développe, il est probable que d’autres applications verront le jour.

Jusqu’à présent, la blockchain a surtout été utilisée pour les transactions financières. Mais ses applications potentielles sont beaucoup plus larges, et les artistes commencent à explorer la façon dont elle peut être utilisée pour créer et partager leurs œuvres. À mesure que la technologie se développe, il est probable que nous verrons de plus en plus d’artistes utiliser la blockchain pour mettre en valeur et protéger leurs œuvres.

Arteïa met l’art sur le marché virtuel

Arteïa amène l’art sur le marché virtuel en mettant aux enchères les œuvres des artistes sous la forme de jetons numériques. Ces jetons peuvent être achetés et vendus sur la plateforme Arteia, et ils représentent une fraction de la propriété de l’œuvre d’art sous-jacente.

Les avantages de ce système sont qu’il permet aux artistes de vendre leurs œuvres sans en céder la propriété et qu’il donne aux acheteurs la possibilité d’acheter des jetons numériques

Une œuvre d’art numérique vendue 69,3 millions de dollars chez Christie’s

En octobre 2018, Christie’s a mis aux enchères une œuvre d’art numérique intitulée “Everydays : The First 5,000 Days” de l’artiste Beeple. L’œuvre a été vendue pour 69,3 millions de dollars, ce qui en fait l’œuvre d’art la plus chère jamais vendue aux enchères.

L’œuvre est un collage d’images que Beeple a créées chaque jour au cours des 5 000 derniers jours. C’est une œuvre d’art unique, et le fait qu’elle ait été vendue à un prix aussi élevé montre qu’il existe une demande pour les œuvres d’art numériques.

La blockchain pourrait révolutionner le monde de l’art

Les blockchains sont des bases de données décentralisées qui servent à stocker des données de manière sécurisée et transparente. Elles ont le potentiel de révolutionner le monde de l’art en ce qui facilite l’authentification des œuvres d’art et le suivi de leur provenance.

Le monde de l’art est mûr pour le bouleversement, et la blockchain pourrait être la technologie qui apporte le changement. En facilitant l’authentification des œuvres d’art et le suivi de leur provenance, la blockchain pourrait rendre le monde de l’art plus transparent et plus efficace. Il reste à voir dans quelle mesure elle sera adoptée, mais il est clair que les artistes prêtent attention à cette nouvelle technologie.

 Autres articles sur Eric Esnault :